Par Marlène Duretz

Le 19 janvier 2018 à 16h35

Lui interdire le smartphone ? En dernier recours. Il est plus constructif d’en limiter et d’en surveiller son utilisation en fonction de l’âge de l’enfant.

Afin de lui éviter d’avoir les yeux exorbités du loup de Tex Avery et le cerveau aussi éteint que l’œil de Droopy, le parent veillera à mettre une nécessaire distance entre son enfant et les écrans de tout acabit, du téléviseur au smartphone (dites désormais« mobile multifonction », selon les recommandations de la commission d’enrichissement de la langue française), en régulant notamment les temps d’exposition cumulés et en adaptant les contenus selon l’âge de l’enfant.

La règle « 3-6-9-12 »

Le psychiatre Serge Tisseron préconise d’« apprivoiser les écrans » en fonction de cinq tranches d’âge. Au rang des usages et parades à adopter, proscrire les écrans non interactifs avant 3 ans et la « connexion nocturne illimitée à l’Internet depuis sa chambre » après 12 ans.

3-6-9-12.org

La méthode des « 4 pas »

Pour ne pas être « captif de l’écran », la psychologue Sabine Duflo conseille la règle des « 4 pas » : pas d’écran le matin, pas d’écran durant les repas, pas d’écran avant de s’endormir, pas d’écran dans la chambre.

Sabineduflo.fr

Une charte de bonne conduite

Les parents peuvent élaborer un « contrat familial » sur le modèle de celui prôné par Jesse Weinberger, auteure de The Boogeyman Exists ; and He’s in Your Child’s Back Pocket (« Le croque-mitaine existe : il est dans la poche arrière de votre enfant », Paperback, 2014, non traduit) : 21 préceptes à cosigner après avoir convenu de ce que risquera le contrevenant.

Overnightgeekuniversity.com

Le contrôle parental

Solution à part entière (Parentsdanslesparages.com) ou associé à son opérateur, le contrôle parental permet d’outiller les parents, mais aussi les enfants comme avec le Digital Coach de Xooloo, pour délimiter ­l’« e-périmètre sécurisé » et les temps de connexion des moins de 17 ans. Modulables à souhait.

Fake Phone

Le subterfuge ne tiendra pas longtemps. Mais, moyennant 10 euros la blagounette, pourquoi ne pas lui offrir un NoPhone Air, pâle réplique d’un smartphone, sans écran ni batteries. Ou un Substitute Phone (au rang de prototype), doté d’un boulier pour leurrer ses doigts.

Publicité