Des écoliers au défi de se passer d’écran pendant une semaine

04.06.2017 à 13h11

Par Céline Mordant

« Oh non… » Le cri du cœur des élèves de CM1-CM2 invités à se passer de télévision et de console de jeu pendant une semaine n’est pas franchement enthousiaste. L’idée paraît même incongrue à ces 23 enfants scolarisés à l’école élémentaire Manin, dans le 19e arrondissement de Paris. Agés de 9 à 11 ans, seule une petite minorité n’a pas d’écran dans sa chambre.

Pourquoi limiter quelque chose à ce point imbriqué à leur quotidien ? « L’objectif n’est pas de leur dire d’arrêter les écrans, ni de les diaboliser, explique leur professeur Irène Munch, mais de les faire réfléchir sur leur propre consommation, de leur faire prendre conscience que c’est bien aussi de passer du temps avec les copains, la famille, au moins à table… »

Une heure de dessins animés le matin avant de partir à l’école, à midi quand on ne mange pas à la cantine, en mangeant son goûter, ou lors du repas familial, sans compter le film ou l’émission devant laquelle on s’endort… Dans un premier temps, les enfants doivent dresser un bilan de leur « utilisation habituelle des écrans ».

Enfants fatigués, surexcités, manquant parfois d’empathie

Et les chiffres s’envolent : trois heures en moyenne en rentrant de l’école, et beaucoup plus le week-end… Les enfants ont bien du mal à quantifier. En sixième, les collégiens français passent en moyenne six heures devant un écran (télévision, smartphone, ordinateur), selon l’enquête internationale Health Behaviour in School-aged Children de 2016. Bien loin de la recommandation internationale de deux heures maximum d’écran par jour.

Un temps qui est pris sur celui du sommeil. « Qui se couche à 21 h 30 ? », demande Irène Munch. Les quelques courageux qui lèvent le bras suscitent les moqueries. C’est bien pour sensibiliser les familles aux conséquences des abus d’écran sur la santé (obésité, myopie, sommeil…) et le développement de leurs enfants que des parents d’élèves de cette école classée en réseau d’éducation prioritaire (REP +) ont été à l’initiative de ces semaines sans écran il y a une dizaine d’années.

Pour Irène Munch, il y a une corrélation claire entre les difficultés de concentration de certains élèves et leurs habitudes de surconsommation d’écran. Ce qu’elle peut voir dans sa classe, ce sont des enfants fatigués, surexcités, qui ont besoin d’être stimulés en permanence, qui ne supportent pas de s’ennuyer, qui parfois manquent d’empathie, d’autonomie, qui peuvent être inquiets à cause d’images qu’ils n’ont pas comprises…

Lire aussi :   « La surexposition des jeunes enfants aux écrans est un enjeu majeur de santé publique »

« Plus forts que la télé ! »

« La télé, la tablette, la console… tout ça pendant la semaine sans écran, ce sera fini ! », annonce brutalement la maîtresse. « On va faire quoi à la place ? », s’alarme Aminata. Irène Munch présente alors la semaine sous la forme d’un grand jeu où chaque enfant qui n’aura pas regardé d’écran pendant cinq plages horaires de la journée pourra accumuler des points (s’ils sont validés par ses parents), pour lui, pour sa classe et finalement pour l’école. L’opération paraît déjà beaucoup plus alléchante.

Pour gagner des points, les bras se lèvent et les idées fusent. « Sortir dehors », « aller à la piscine », « faire des jeux de société », « dormir », « s’inviter les uns les autres », « faire la cuisine avec ma mère », « faire ses devoirs »« C’est vous qui décidez d’allumer l’écran, vous êtes plus forts que votre télé, vous pouvez l’éteindre ! » La maîtresse galvanise les troupes. « Moi je peux pas », s’inquiète doucement Atchi, accro au jeu en ligne Movie Star Planet et qui aborde cette semaine avec appréhension. Chaque élève repart avec la liste d’idées d’activités alternatives qu’ils ont construite.

Le jour J, un panneau affichant le nombre de points gagné par chaque classe est installé dès l’entrée de l’école, et des activités sont proposées par des parents d’élèves pour occuper les bambins en manque d’idées : Lego à La Villette, pique-nique, match de foot… « Pour les plus jeunes, la semaine sans écran c’est la fête, ils font des activités qu’ils n’ont pas l’habitude de faire », souligne Veronica Ortiz, déléguée des parents d’élèves, mère d’Adam, élève en CE2 qui a lui-même décidé d’organiser une soirée pyjama en tente Quechua dans son salon pour l’occasion.

Irène Munch en profite pour sensibiliser aussi les parents : « Quand les enfants voient leurs parents accrochés à leur téléphone toute la journée, ils se disent que ça a l’air bien… On ne leur donne pas envie de faire autre chose. C’est bien aussi de s’ennuyer. »

« Avant il jouait beaucoup aux Lego »

Que leurs parents soient sensibles ou non aux risques engendrés par les écrans, la plupart des enfants de l’école, eux, se prêtent volontiers au jeu. « Ma fille se cache les yeux pour aller dans sa chambre si la télé est allumée dans le salon », sourit Latifa, qui a bien voulu accompagner sa fille dans son défi, sans renoncer toutefois à son smartphone.

Les deux enfants de Jeanne prennent la semaine sans écran « très au sérieux » : « Pour nous c’est très agréable, on n’a pas besoin de se bagarrer. Le fait de cocher des cases, de le montrer à la maîtresse, de ne pas faire perdre de points à la classe » les motive.

Judith, mère de Léo, 9 ans, qui travaille à domicile, a plus de difficultés : « Jusqu’à l’année dernière mon fils jouait beaucoup aux Lego, dessinait, mais depuis qu’il a eu un iPad à Noël, il est happé, c’est tellement mieux que tout le reste. » « Ma crainte c’est qu’ils n’aient plus du tout d’autres curiosités, que le reste les ennuie », s’inquiète aussi Jeanne.

Pendant le week-end, une grande majorité des élèves de la classe d’Irène Munch a craqué au moins une fois. « Quand je rentre, la télé est déjà allumée par mon petit frère ou ma petite sœur », se plaint Julia. Aya, qui a réuni quelques filles de la classe dimanche pour fêter son anniversaire (elle a reçu un iPhone 5S), a organisé un karaoké… « Tu nous as fait perdre des points ! », lui reproche Atchi. A table, il a fallu manger dos à l’écran de télé qui trône dans le salon, rater des épisodes de sa série préférée…

David, qui a sagement relevé le défi, a trouvé ça « très, très dur ». Ses parents sont souvent absents le soir pour leur travail et la présence de la télé lui a manqué à lui et sa sœur.

« Des choses simples qu’ils ne font plus »

Globalement la plupart des élèves sont contents de s’être prêtés au jeu et y voient tout un tas d’avantages. « On est plus sortis dehors », se réjouit Abdou, qui a aussi apprécié d’être en forme en s’endormant plus tôt – avant 23 heures… Idriss est allé au restaurant avec son père, Adam a tracé des pages entières de manga, M’Bata a cuisiné son dessert préféré avec sa mère, tandis que d’autres parents en ont profité pour insister sur les tables de multiplication…

« Les enfants se sont tournés vers ce qu’ils ont déjà, des choses simples qu’ils ne font plus, aider à faire la cuisine, passer du temps avec leurs parents, les enfants en ont envie et les parents n’y pensent pas, ou n’ont pas le temps, les moyens », constate Irène Munch.

Atchi a accepté que sa mère désinstalle le poste de télévision de sa chambre. Mais a-t-elle hâte qu’on l’y installe à nouveau ? Pas forcément, « je préfère aller au salon regarder la télé avec mon père et ma mère ».

« On oublie la simplicité », confirme Osvaldo, père d’un enfant de CE1 qui se souvient que quand il était petit en Italie, la télé était tout le temps allumée. Chez lui désormais, elle est éteinte pendant les repas. « Cela impose aussi un changement de rythme aux parents. » Car parfois les écrans sont bien pratiques pour souffler un peu après une journée ou une semaine de travail…

« Résister »

Latifa s’emporte : pour elle, les parents abandonnent trop souvent les enfants aux écrans, comme à un « biberon », ils ont trop souvent baissé les bras. Elle s’inquiète énormément de ce à quoi Internet (auquel ont accès librement nombre d’élèves de la classe d’Irène Munch) peut exposer les enfants. Ses deux fils collégiens n’auront droit à leur smartphone qu’à l’entrée au lycée. Et tablette et ordinateurs familiaux sont enfermés dans un coffre. « On se dit, ça va, ils sont bien tranquilles devant la télé, l’ordinateur, mais ce sont les réseaux sociaux qui entrent chez vous sans votre permission. »

Le dernier jour de la semaine sans écran est l’occasion d’un exercice de calcul mental, pour évaluer le nombre total de points remportés par la classe. Le bilan n’est pas si mauvais et seule une petite minorité d’élèves n’a pas voulu ou réussi à jouer le jeu.

« Est-ce qu’on a gagné et contre qui ? », les interroge la maîtresse. « Contre nous-mêmes », analyse Idriss. « Contre les écrans », ajoute Abdou, fier d’avoir réussi à « résister », « parce qu’ils ne sont pas plus forts que nous ». « Quand il n’y a pas d’écran, la maison est plus calme », juge Richard, qui a exigé de ses parents qu’ils débranchent le Wi-Fi toute la semaine. « Je préfère quand on peut faire un peu tout », tempère Mamadou. Le message est passé.

En dehors de l’expérience de déconnexion de la semaine sans écran, l’Association pour l’éducation à la réduction du temps d’écran (Alerte) propose quatre pistes, quatre moments à sanctuariser pendant lesquels les enfants gagneraient à se passer d’écran :

  • le matin (lorsque ses capacités d’attention sont les plus grandes) ;
  • pendant les repas (pour privilégier les discussions en famille) ;
  • avant de se coucher (pour favoriser le sommeil) ;
  • dans leur chambre (pour éviter que l’enfant ne soit seul face à des contenus qui peuvent le choquer).
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s