Addiction, concentration, performances… ce que l’on sait (ou pas) des effets du smartphone

y785tlogolemonde

09/01/2017 Céline Mordant

La recherche est encore balbutiante sur les effets de l’hyperconnexion aux smartphones, un phénomène récent à l’échelle de l’histoire de l’humanité.

Il y a dix ans, le 9 janvier 2007, le patron d’Apple, Steve Jobs, présentait le premier iPhone. Depuis, le « téléphone intelligent » s’est imposé dans notre quotidien, dans nos poches, nos mains. On l’éteint rarement, on ne le quitte plus… Aurait-il refaçonné notre façon de penser ? Que disent les neurosciences des effets de cette hyperconnexion sur notre cerveau ?

Dans le flot des études et publications parfois contradictoires qui dressent soit une inquiétante liste des dégâts, soit une ode très optimiste aux facultés d’adaptation de l’être humain, difficile de s’y retrouver. La recherche est encore balbutiante sur les effets d’un phénomène encore récent à l’échelle de l’histoire de l’humanité.

  • Peut-on devenir dépendant à son smartphone ?

La plupart d’entre nous ont le sentiment de maîtriser entièrement son rapport à son smartphone. Dans un sondage BVA Orange-Psychologies (1 000 personnes interrogées en ligne en juin 2016), 58 % des personnes questionnées déclaraient avoir en permanence leur smartphone avec elles et 36 % d’avoir le sentiment d’en « être dépendant ». On le consulte jusqu’à plus de 200 fois par jour et le plus souvent dès le réveil ; il est devenu pour beaucoup une extension de nous-même, un couteau suisse sans lequel on est perdu.

« Le smartphone agit comme un doudou virtuel, estime Laurent Karila, addictologue, porte-parole de l’association SOS Addiction. A tel point que quand on en est coupé, on peut éprouver de l’angoisse, un sentiment d’abandon. » « Une sensation de manque comparable à celle éprouvée par les drogués », juge le médecin. La nomophobie, ou peur de se séparer de son téléphone portable, est devenue pour certains une affection bien réelle ; de véritables centres de désintoxication ont même ouvert en Chine ou au Japon.

Pour la communauté scientifique internationale, l’addiction au smartphone n’est pourtant pas reconnue comme telle. A ce jour, seule la dépendance aux jeux d’argent est inscrite dans le Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, manuel de référence de la psychiatrie mondiale. Les psychiatres préfèrent parler de pratiques excessives.

Le sociologue Francis Jauréguiberry, qui enquête depuis des années sur notre rapport au portable, explique ces pratiques irrépressibles par la peur de rater quelque chose, ou « Fear of missing out » (FOMO) : « Ce à quoi il est difficile de renoncer est exactement la même chose que ce qui pousse à interroger de façon frénétique sa messagerie ou ses réseaux sociaux. Il y a comme une attente diffuse mais constante de se laisser surprendre par de l’inédit et de l’imprévu, par un appel ou un SMS qui va changer le cours de sa journée ou de sa soirée en la densifiant ou en la diversifiant, et en rendant, finalement, sa vie plus intéressante et plus intense. »

  • Le téléphone portable rend-il plus performant ?

Comment avons-nous pu laisser notre smartphone s’immiscer à ce point dans notre intimité ? Parce qu’il rend un nombre incommensurable de services, tous plus utiles les uns que les autres. Toujours selon le sondage BVA-Psychologies, plus de neuf répondants sur dix affirment que le numérique permet un accès plus facile à l’information, les deux tiers déclarent ne plus avoir le temps de s’ennuyer avec le numérique, 60 % justifient que le numérique leur permet de faire plusieurs choses en même temps.

Gérer des problèmes personnels au bureau et répondre à une question urgente tout en surveillant ses enfants au square… tout devient plus facile. Au point que cette liberté est parfois devenue un poids pour certains cadres sollicités en permanence en dehors des heures de travail, le week-end, en vacances. Mais pour beaucoup, l’impression de performance accrue vaut toutes les servitudes volontaires.

Lire aussi :   Droit à la déconnexion : y a-t-il une vie après le travail ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s